Il y a 75 ans

Novembre 2015 :   il y a 75 ans…

L’église paroissiale d’Arriance présente un vitrail offert par la municipalité d’Espalion, en Aveyron. Mais quel est donc le lien qui unit cette ville baignée par le Lot à notre village ? nd-de-la-negrette

Ce lien s’est créé, il y a 75 ans, alors que la seconde guerre mondiale était encore à ses débuts et que les habitants des territoires occupés subissaient l’expulsion. 

En Novembre 1940 : les Mosellans sont expulsés.

La Deuxième Guerre Mondiale affecte douloureusement les populations civiles : l’Alsace et la Lorraine étaient des territoires allemands et subissaient la germanisation des lieux. C’est ainsi qu’Arriance devint ’Argenchen’, il en fut ainsi pour les autres communes occupées. En Novembre 1940 le Gauleiter Joseph Bürckel (Gauleiter est l’équivalent d’un préfet) ordonna l’expulsion des habitants afin de laisser la place à des populations de langue allemande. La phase d’expulsion s’effectua du 12 au 22 Novembre 1940, les civils furent rassemblés avec leurs effets personnels (ce qu’ils purent porter) et 2000 francs (anciens francs), puis ils furent acheminés en bus vers la gare du Sablon, à Metz pour rejoindre la France libre par le train.

Paroles d’un Expulsé, Georges JACOB : « MES SOUVENIRS SUR L’EXPULSION EN 1940 DES HABITANTS D’ARRIANCE. 

Âgé de 13 ans, je me souviens que le 18 Novembre 1940, à 9h du matin, l’occupant allemand envoyait dans notre village autobus et camions pour embarquer nos familles pour une destination inconnue avec 50kg de bagages et 2000 francs (anecdote : j’avais des billets cachés dans la doublure de mes vêtements.) L’occupant a gardé les mineurs et les employés de la SNCF. 

Je me souviens de cet embarquement en gare de Metz-Marchandises dans un train peu confortable et de cette arrivée en zone libre accueillis par des troupes françaises qui nous ont rendu les honneurs. 

Je me souviens de la célébration du mariage civil, à Arriance, de deux habitants, Firmin DOSDA et Hélène DOULCO, par le Maire, Albert GANDAR le matin du 18 Novembre. Le mariage religieux a eu lieu à Espalion. 

Je me souviens de cette arrivée en terre d’accueil où nous fumes reçus par les municipalités et hébergés aussi bien que possible. Les expulsés qui ont été accueillis à Espalion ne sont partis d’Arriance que l’aprés-midi du 18 Novembre 1940. Les familles EBNER – FLAMANT – VEVERT – TROESTER – DOULCO – DOSDA – REBOIS ainsi que l’Abbé WEBER ont été réfugiés à Espalion.

J’en oublie peut-être ou l’une ou l’autre n’est pas allée à Espalion. Les communes d’accueil furent, dans le département du Lot : ESPERE, CAZALS, SALVIAC, LIMOGNE, LES JUNIES, LHERM, PELACOY, commune de FRANCOULES, ISSENDOLUS, SAUZET et dans le département de l’Aveyron, ESPALION.

Durant les années 1940 à 1945, quelques naissances eurent lieu, ainsi que des mariages entre expulsés et jeunes du village d’accueil, des décès furent enregistrés et les dépouilles furent ramenées dans notre cimetière aux frais de l’Etat.

nd-la-negrettePendant les années 1940 à 1945, les maisons d’Arriance étaient vides, à part celles occupées par les ’Siedler’,- les colons – qui ont exploités les terres des agriculteurs expulsés. Durant ces années, les familles retenues par l’occupant ont été obligées de se soumettre à l’autorité allemande, avec la peur au ventre que l’un soit incorporé de force dans la Wehrmacht ou au travail obligatoire, l’Arbeitdienst.

Pour le retour à Arriance en 1945, par le train, il était curieux de voir des personnes avec une cage avec poules ou lapins. Le retour a duré 2 jours avant de retrouver un village qui avait subi la guerre, avec des maisons détruites ou très endommagées. Certaines personnes sont allées récupérer des chevaux ou des meubles en Allemagne. » 

Extrait du Bulletin Municipal d’Arriance n° 39

village-1945

vitrail-detail Vitrail offert par la ville d’Espalion.

« La Ville d’Espalion (Aveyron) où furent réfugiés en 1940 les expulsés d’Arriance en témoignage d’affection et de sympathie »

Dans la chapelle de l’hôpital d’Espalion se tient une Vierge Noire Pleureuse, dite la Négrette, elle fait partie d’un retable datant de 1777.

75 ans plus tard,

les liens unissant Espalion à Arriance demeurent forts, il y a quelques années, le collège Lucien Pougué de Rémilly a rencontré le collège d’Espalion. Un livre retraçant l’histoire d’Arriance fut envoyé au maire d’Espalion en 1991 et récemment, à la cérémonie du 8 Mai 2015, à Espalion, hommage fut rendu aux expulsés d’Arriance.

A l’occasion de ce 75ème anniversaire, une carte de commémoration émise par la municipalité d’Arriance a été envoyée aux mairies des villes d’accueil.

Grand merci à Georges JACOB, passionné par l’histoire de son village             

                                          georges-jacob

et qui a partagé souvenirs et anecdotes.